Expo temporaire: l'habitat


Expo temporaire d'hiver : l'habitat soubésien

Angle Place de la Fontaine et la Coural. Maison du début du XIXe siècle à la façade de style napoléonien. Elle restera la "maison de Lili" qui y a tenu l'épicerie de nombreuses années. Mais elle a aussi été une maison "paysanne" vu la présence de la poulie au niveau de la fenêtre du grenier.

Dans la Coural, une ancienne échoppe. Les margelles en pierre disposées de chaque côté de la porte cintrée et qui en réduisent l'ouverture, servaient d'étal à la découpe et la vente de la marchandise !!

Une fenêtre d'époque médiévale dans la ruelle entre la Tour et le château seigneurial.

Encadrement de la porte d'entrée de la bibliothèque municipale sur le Terral. La même architecture se retrouve dans la maison mitoyenne à droite. Elle devait se poursuivre sur toute la façade de l'immeuble jusqu'à l'angle du café actuel. A l'époque, le café occupait tout ce côté de la place.

Angle de la rue de la Grave d'avec celle du Suberbet. Style de fenêtre répandu dans le village : fenêtre cintrée avec clé de voûte, appui de fenêtre en pierre de grès mouluré.

Dans le milieu de la Coural. Porte-fenêtre avec une clé de voûte sculptée et un balcon en fonte.

Dans la rue du Buffadou, la seconde plus ancienne maison du village après la Tour : du XVIe siècle, inhabitée depuis longtemps, elle a gardé son style. Porte en hauteur, cintrée, à laquelle on accédait par un escalier qui empiétait dans la rue. Ils ont été supprimés au cours du XIXe siècle.

Dans la Coural, une porte de cave en anse de panier. La porte d'entrée possède un encadrement mouluré. La position accolée des deux ouvertures est aussi typique d'une époque.

Rue de Caylus (du nom d'un ancien maire au XIXe siècle). Ce linteau en grès cohabite avec une porte cintrée. C'est un témoignage de l'évolution de l'architecture au fil du temps.

Second témoignage de l'évolution de l'architecture dans la rue de la Grave. Accolée à une magnifique porte cintréee en bel appareillage, une fenêtre au linteau et appui de fenêtre en pierre de grès de faible épaisseur et symétriques.

Fenêtre à l'encadrement et à l'appui joliment taillés dans la montée de Catinettes.

Dans la rue des Barrys. Fenêtre de grès clair au grain très fin. La clé de voûte est remarquable par sa finesse.

Sur la même maison, une fenêtre à meneau. Peut-être un remploi d'une maison plus ancienne.

Face nord de la Tour : fenêtre cintrée d'époque romane (XI ou XIIe siècle) d'une grande pureté de style.

Remise agricole en bas de la Coural comportant encore la poulie à la fenêtre de l'étage qui servait à monter les balles de foin. Elle a été bâtie entre 1904 et 1909.

Dans la rue du Barry, très ancienne fenêtre obstruée dont on remarque le linteau mouluré de style (XVe siècle), encore appelée "fenêtre à accolade". Une pierre en corbeau marque le départ d'une arcade qui, franchissant la rue, s'appuyait sur la maison d'en face.

Dans la rue du Buffadou, deux portes de caves cintrées avec clé de voûte, encadrent une porte d'entrée plus moderne. Les enduits de façade, aux couleurs vives égayent la rue... 

Une fenêtre trilobée taillée dans une pierre très fine de type pierre du Gard en provenance de la ferme du Mas de Rouquet. Mais son bâtiment d'origine reste un mystère. Le style serait celui du XVe siècle mais la technique de taille pourrait être très postérieure c'est-à-dire... moderne !

Balcon en fonte dans la Coural. On suppose qu'ils ont dû apparaître dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Façade sud de la mairie sur le Terral. L'édifice a été bâti à partir de 1870. Remarquez le balcon muni de garde-corps en fonte. Architecture remarquable par les encadrements en pierre taillée de toutes les ouvertures, des angles et la présence d'une corniche en milieu de façade.

L'eau courante n'est apparue dans les maisons qu'à l fin des années 1950. Antérieurement, les maisons comportaient dans la cusine un évier en pierre taillé dans un seul bloc. L'évacuation des eaux se faisaient par un bec en pierre situé en façade qui dirigait le liquide directement dans la rue. Cet évier-ci présente une forme large à la base et de faible profondeur.

Autre type d'évier, plus courant : on retrouve la niche au-dessus de la cuve en pierre, ici pourvue d'une étagère. De chaque côté de la cuve , ici étroite et plus profonde, on remarque un "égouttoir" de chaque côté. Cet évier a connu une "amélioration sensible" par l'ajout de 2 carreaux faïencés à la base (1950 ?)...

Un "potager" typique des hauts cantons de l'Hérault et du Sud-Aveyron. Les anciens s'en servaient pour tenir au chaud, un tant soit peu, les plats au moment des repas. On prenait des braises dans la cheminée et on les plaçait au-dessous des deux orifices qui recevaient les casseroles. Ce potager comprend une "coupole" décorée, de jolis pavés (postérieur au potager d'origine) et une lucarne pour donner de la lumière.

On retrouve à l'intérieur des maisons des vestiges des anciennes fortifications. Ici, un aspect du rempart ouest près de l'ancienne porte du Fou au pied du clocher. A sa base, la muraille mesure 1,10 m de large.

Bel escalier bâti au moyen de grands blocs de pierres de grès taillées.

Chaque maison du village comporte une cave souvent taillée dans le rocher qui servait à stocker les aliments au frais et à l'abri de la lumière. Parfois elles se prolongent sous les rues ! Ici il s'agit d'une cave à vin complète : le rocher de tuf a été creusé pour permettre l'installation du pressoir. A droite, on remarque l'entrée d'un foudre construit en béton armé.

Photos : Yves Vellas. Droits réservés.